Le risque sanitaire amiante

L’amiante : un problème majeur de santé publique et de santé au travail

De 400 à 500 fois plus fines qu’un cheveu, les fibres d’amiante sont invisibles dans les poussières.

Inhalées, elles peuvent se déposer au fond des poumons et provoquer des maladies respiratoires graves : plaques pleurales, cancers des poumons et de la plèvre (mésothéliome), fibroses (ou asbestose), etc.

Mais le risque sanitaire ne s’arrête pas là, le risque cancérogène étant aussi connu pour le larynx et les ovaires. Toutes les variétés d’amiante sont classées cancérogènes avérés.

L’exposition à l’amiante est principalement d’origine professionnelle, mais elle peut aussi être environnementale ( présence d’amiante dans certains sols et sous-sols ).

Il est impossible aujourd’hui de connaître les seuils de déclenchement d’une maladie , celui-ci dépendant a priori de la sensibilité de chacun, de la fréquence et de l’intensité d’exposition, de la taille des particules inhalées, mais aussi de de leur nature minéralogique et chimique.

Source : http://www.inrs.fr/risques.html

Aléa Amiante Environnemental

Soucieux des risques potentiels d’inhalation de fibres asbestiformes pour les populations vivant à proximité d’éventuelles roches naturellement amiantifères, ou pour les travailleurs dans les carrières ou le BTP concernées par ce type de formations géologiques, le BRGM, a procédé à des cartographies de l’aléa Amiante Environnemental.

Ces cartographies ont permis d’adopter d’une manière définitive les niveaux d’aléas relatifs à la présence d’amiante dans les environnements naturels. Pour ce faire et afin de permettre une homogénéité des résultats au niveau national, une classification en 4 classes aléas a été adoptée en préalable :

La classe d’aléa de niveau 1 correspond à toutes les formations géologiques dans lesquelles aucun indice d’amiante n’est actuellement connu;

La classe d’aléa de niveau 2 correspond aux formations géologiques dans lesquelles des occurrences d’amiante, très localisées et exceptionnelles, sont connues;

La classe d’aléa de niveau 3 regroupe les formations géologiques dans lesquelles les occurrences d’amiante sont plus fréquentes mais encore localisées et non systématiques;

La classe d’aléa de niveau 4 correspond aux formations géologiques dans lesquelles les occurrences d’amiante sont très nombreuses et pour lesquelles la probabilité́ d’occurrence de minéraux amiantifères est donc forte.

Conduite de chantiers de terrassement en contexte amiantifère

L’INRS a publié en avril 2020 un guide de prévention complet détaillant les précautions à prendre ainsi que les repérages à effectuer dans le cas de travaux dans les zones d’aléas 2 et supérieur.

Guide ED 6142 : Travaux en terrain amiantifère. Opérations de génie civil de bâtiment et de travaux publics